Cinquième dimanche du Temps du Carême
(Parcours de prière pour s’associer spirituellement à la messe dominicale)

► Dans la foi de notre baptême, nous faisons le signe de la croix :

“Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, amen.”

►  En silence, implorons humblement le Seigneur présent en sa maison :

“Seigneur, prends pitié. O Christ, prends pitié. Seigneur, prends pitié.”

 

► Accueillons la Parole de Dieu.

 

Psaume 129

R/ Près du Seigneur est l’amour, près de lui abonde le rachat.

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

Si tu retiens les fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne.

J’espère le Seigneur de toute mon âme ; je l’espère, et j’attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.

Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat.

C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

 

De l’Evangile selon saint Jean (11, 1-45)

            En ce temps-là, il y avait quelqu’un de malade, Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de Marthe, sa sœur. Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. C’était son frère Lazare qui était malade. Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. »
            En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. » Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare. Quand il apprit que celui-ci était malade, il demeura deux jours encore à l’endroit où il se trouvait. Puis, après cela, il dit aux disciples : « Revenons en Judée. »
            Les disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à te lapider, et tu y retournes ? » Jésus répondit :« N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. » Après ces paroles, il ajouta : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je vais aller le tirer de ce sommeil. » Les disciples lui dirent alors : « Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. » Jésus avait parlé de la mort ; eux pensaient qu’il parlait du repos du sommeil. Alors il leur dit ouvertement : « Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! » Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), dit aux autres disciples : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! »
               À son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà. Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une distance de quinze stades (c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –, beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. » Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. » Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. »
               Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. » Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva rapidement et alla rejoindre Jésus. Il n’était pas encore entré dans le village, mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré. Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie et la réconfortaient, la voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ; ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer. Marie arriva à l’endroit où se trouvait Jésus. Dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit: « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé, et il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui répondirent : « Seigneur, viens, et vois. » Alors Jésus se mit à pleurer. Les Juifs disaient : « Voyez comme il l’aimait ! » Mais certains d’entre eux dirent : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? »
            Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit : « Enlevez la pierre. » Marthe, la sœur du défunt, lui dit : « Seigneur, il sent déjà ; c’est le quatrième jour qu’il est là. » Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. » On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. » Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! » Et le mort sortit, les pieds et les mains liés par des bandelettes, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. » Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.”

 

 

 

►  Pour méditer cet Évangile :

Jésus dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. »
               Et pourtant, devant la tombe de Lazare, Jésus se mit à pleurer. Vrai Dieu, vrai homme, il connaît pleinement nos peines et les partage.Comment puis-je me laisser toucher par la compassion et en même temps vivre dans la certitude de la victoire du Christ sur le mal et la mort ?« Seigneur, celui que tu aimes est malade. »
               Cette prière nous rejoint en ce temps de pandémie. Ai-je la confiance et la persévérance de l’adresser à Dieu chaque jour ? Quelle part la prière d’intercession a-t-elle dans ma relation à Dieu ?

 

 

 

►  Répondons à la Parole de Dieu en proclamant la foi de l’Église avec le Symbole des apôtres :

Je crois en Dieu le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la Terre,
Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur
qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et à été enseveli,
est descendu aux enfers,  le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux Cieux, est assis à la droite de Dieu le Père, tout-puissant
d’où il viendra juger les vivants et les morts
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église Catholique,
à la Communion des Saints, à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair, à la Vie Éternelle. Amen.

 

 

►  Présentons au Seigneur nos prières :

En ces temps d’incertitudes, prenons le temps de prier pour l’Église, pour le monde, pour ceux qui sont dans l’épreuve, pour nous-même et nos proches.

►  Et confions-nous à l’intercession de saint Martin :

Saint Martin,
Toi qui as parcouru les routes d’Europe,
Toi qui as vécu à la suite de Jésus en vrai disciple,
Toi qui as partagé ton manteau avec un pauvre par amour du Christ,
Toi qui nous aides à reconnaître son visage en toute personne pour servir et aimer,
Toi qui as lutté contre le mal et qui es passé sur la terre en faisant le bien,
Intercède pour nous en ces temps difficiles,
Protège-nous en ces temps de détresse,
Donne-nous d’être persévérants et de garder la paix dans les épreuves,
Sois notre protecteur et conduis-nous sur le chemin de la vie éternelle.
Amen

Monseigneur Vincent Jordy, archevêque de Tours, 135e successeur de St Martin

 

►  Unis à tous nos frères chrétiens, prions : Notre Père…

 

 

Acte pour la communion spirituelle

Seigneur Jésus,
je crois fermement que tu es présent dans le Saint Sacrement, au tabernacle.
Je t’adore avec les anges et je t’aime par-dessus toutes choses.
Je te désire de toute l’ardeur de mon âme,
mais comme je ne puis maintenant te recevoir sacramentellement,
viens spirituellement dans mon cœur.
Et après t’être uni à moi par ta grâce,
ne permets pas que je fasse le moindre obstacle à ton action en moi.

Amen.

Remerciement pour
la communion spirituelle

Comment te remercier, Jésus, mon divin Sauveur ?
Que mon âme ne cesse de te bénir et de louer tes bienfaits.
Pour te dire ma reconnaissance, mes paroles ne suffisent pas.
Que ma vie soit donc toute entière à ton service et celui de mes frères,
comme l’a fait saint Martin.
Ainsi, après t’avoir béni sur la terre, donne-moi de te glorifier dans le ciel.

Amen

►  Oraison conclusive

Que ta grâce nous obtienne, Seigneur, 
d’imiter avec joie la charité du Christ qui a donné sa vie
par amour pour le monde. Lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit
maintenant et pour les siècles des siècles. Amen

 

 

Dispositions pendant la période de confinement

La Basilique est ouverte de 9h à 18h. Chacun peut y prier librement, en veillant à éviter les regroupements.

Les offices ne sont pas célébrés en public. La messe est dite chaque jour avant l’ouverture, aux intentions qui avaient été demandées.

Accueil téléphonique chaque jour de 9h à 11h, de 14h à 18h et de 20h à 21h au 02 47 05 63 87. Possibilité de prendre un rendez-vous pour rencontrer un prêtre, au même numéro de téléphone ou par email : renseignements@basiliquesaintmartin.fr

Pour prier ensemble, vous pouvez trouver des soutiens sur le site de la Basilique www.basiliquesaintmartin.fr

Mgr Jordy vous donne rendez-vous : chaque soir, du lundi au vendredi, à 18h55, sur RCF Touraine Saint Martin. chaque dimanche, à 10h, pour la messe, sur RCF Touraine Saint Martin : 100.4 (FM). Vendredi 27 mars 19h30 conférence de Carême.

 

Pin It on Pinterest

Share This